We must not fight against the flesh but against evil spirits

Reports about the unfolding situation in the country are terrifying. We sometimes wonder whether human life has lost its meaning before mankind’s eyes. And this is valid for all atrocities committed in the entire world. Our lives are so precious to GOD that we should protect our neighbors’ lives instead of being responsible for their deaths. Human lives are so precious to GOD that He gave Jesus Christ, His only beloved Son, to us so that we may receive forgiveness for our sins as well as eternal life.

Pastor Léonard Gonitoua, who has been staying at the Monastery of Boy-Rabe since 5 December with his family and thousands of people for security reasons, is sharing here his thoughts about the situation and is giving his spiritual advice:

“We are living the end of times. The enemy, Satan, is rising and stirring up wars and violence, as indicated in the Book of Matthew 24. Jesus also told us in Matthew 10:34 that He did not come to bring peace to the earth but a sword. Yes, Jesus is the Prince of Peace and brings the Peace we need in our hearts so that we can go through all sorts of trials and remain peaceful from the inside. But at the same time, because Satan is the enemy of Jesus, the Word of GOD, i.e. the Sword of Jesus, is separating all those who have received Jesus as their Lord and Savior from Satan and his evil spirits.

What we need to do now, is to get closer to Jesus and to not be carried away by those spirits of violence. As the Lord said in Luke 17:1 “things that cause people to sin are bound to come, but woe to that person through whom they come.” Those conflicts have to happen because the Lord has already warned us that they would come to pass. But woe to those who cause these conflicts to happen, because by doing so, they are doing the will of the devil, not the will of GOD. Therefore, let us not play into the hand of the devil. Let us not be manipulated by the devil by stirring up violence or by being violent. Let us do the work of GOD by stirring up the Peace of Jesus and by being true peacemakers.”

Shalom

 

The Anti-balaka group is NOT a Christian militia

Grave human rights violations against the population

International assistance

We must not fight against the flesh but against evil spirits

Back to the introduction

 

Disponible aussi en Français

 

International assistance

Today, many efforts are made at the national, regional and international levels, to resolve the political, security, humanitarian and social crises facing the country. We want these efforts to bring about long-lasting peace and stability in CAR, with the Love of GOD as the main foundation.

On 5 December, the United Nations Security Council unanimously adopted resolution 2127 (2013), under the United Nations Charter’s Chapter VII, which authorized the deployment of the African-led International Support Mission in CAR, known as MISCA, to contribute to: (i) the protection of civilians and the restoration of security and public order; (ii) the stabilization of the country and the restoration of State authority over the whole territory of the country; (iii) the creation of conditions conducive to the provision of humanitarian assistance to populations in need; (iv) the Disarmament, Demobilization and Reintegration; or Disarmament, Demobilization, Repatriation, Reintegration and Resettlement process; and (v) national and international efforts to reform and restructure the defence and security sectors. The Security Council also authorized the French troops already stationed in the country to support MISCA, by all necessary measures, in implementing its mandate. It is in this context that France launched the Sangaris operation on the same day to, inter alia, disarm Seleka fighters.

 

The Anti-balaka group is NOT a Christian militia

Grave human rights violations against the population

International assistance

We must not fight against the flesh but against evil spirits

Back to the introduction

 

Disponible aussi en Français

 

Grave human rights violations against the population

We have already published a few articles on this website about the aftermath of the armed attacks by the Seleka rebel coalition in CAR, which had started in December 2012, and the coup d’état of March 2013. The attacks and the coup brought about grave human rights violations by Seleka elements, such as house-by-house looting, torture, kidnappings, rapes and killings. Those elements also destroyed several Christian properties, including churches and Christian radio stations, and many State buildings, such as municipal buildings, hospitals and health care centers, as well as schools, just to name a few. They also burned several villages and, on many occasions, targeted Christians as they were attacking the population. The entire population of CAR, including new orphans, is in desperate need of humanitarian, social and economic assistance.

The President of P.A.S. HOPFAN, Pastor Léonard Gonitoua, and his family as well as many other brothers and sisters are among the victims of Seleka in the neighborhood of Boy-Rabe, where Seleka elements have continued to kill, torture and kidnap many residents and to loot numerous houses. In April 2013, for instance, a so-called disarmament operation led by Seleka turned to be another occasion for Seleka elements to commit additional human rights violations against the population. We invite you to visit our TV channel on YouTube (PASHOPFANTV) to view and listen to some of the victims of Boy-Rabe in April and August 2013.

In reaction to these attacks in the country, some Central African citizens organized themselves and formed self-defence groups, called “Anti-balaka”, to fight Seleka members. It must be noted that both Seleka and Anti-balaka fighters have committed abuses against the population, with in many cases the Seleka targeting Christians and the Anti-balaka targeting Muslims.

 

The Anti-balaka group is NOT a Christian militia

Grave human rights violations against the population

International assistance

We must not fight against the flesh but against evil spirits

Back to the introduction

 

Disponible aussi en Français

 

The Anti-balaka group is NOT a Christian militia

On 5 December, the fighters of the so-called Anti-balaka (“Anti Aka bullet” — “Aka” for  “AK-47″ or  “Kalashnikov”) or self-defence militias launched an attack on Bangui, the capital of CAR, in an attempt to get rid of members of the Seleka rebel coalition that seized power in March 2013. Since their attack on Bangui, the Anti-balaka fighters have been referred to as “Christian militias”. We have also heard about the existence of “Christian neighborhoods” in the capital. As far as we know, there are no Christian militias or Christian neighborhoods in Bangui. This is crystal clear to us, especially to our team in the CAR, who has been facing the crisis since it started in December 2012. And before that day, the political and security situations in the country had continued to be marked by rebellions, coups or failed coups and civil unrest. At no point in the country’s history were there reports of Christian militias fighting Muslim militias.

We believe that it is our duty to sound the alarm and say, “STOP”. The current crisis in CAR is not about Muslims fighting Christians or vice versa. It is the consequence of the action launched by the Seleka rebel coalition that deposed the President of the Republic, François Bozizé, in March 2013. Members of the Seleka coalition have been and continue to be responsible for atrocious treatments against the population, and mostly against non-Muslims. Yes, most of the Seleka fighters, including many Sudanese and Chadian nationals, happen to be Muslims and most of their victims to be Christians. But we should NOT simplify the situation by saying that the current crisis is about Christians opposing Muslims or vice versa. This is WRONG.

As a reminder, the general census of the Central African population of 2003 had revealed that in this country of 622,984 square kilometers, out of a population of 3,9 millions, 51.4% were Protestants, 28.9% Catholics, 10.1% Muslims and 4.5% members of other religions. In several families in CAR, you will find some members who are from one of these religions, or animist or even atheist.

The fact that the Anti-balaka fighters are spreading anti-Muslims messages does not mean that they are Christians. Indeed, Christ has not mandated them to fight Muslims or anyone else. Those Anti-balaka use fetish to protect themselves and fight against the flesh, which is contrary to what Christ has taught us to do in Ephesians 6:12. True Christians do not fight physically, but in the spiritual world through their prayers.

 

The Anti-balaka group is NOT a Christian militia

Grave human rights violations against the population

International assistance

We must not fight against the flesh but against evil spirits

Back to the introduction

 

Disponible aussi en Français

 

Central African Republic: Let us be true Peacemakers

The crisis in the Central African Republic (CAR) continues to be much written about. Our prayer is that the unbearable and gloomy stories about the country, which we hear every day, stops quickly and are replaced by stories of peace, love and construction for the rebuilding of a Central African State and society where peace, security, stability and prosperity are parts of the citizens’ daily lives.

In the meantime, we are providing here an update on the situation in CAR with our thoughts about the amalgam maintained by some regarding the Christian and Muslim religions. Pastor Léonard Gonitoua, the President of P.A.S.  HOPFAN is also sharing his thoughts about the situation and  giving his spiritual advice.

 

The Anti-balaka group is NOT a Christian militia

Grave human rights violations against the population

International assistance

We must not fight against the flesh but against evil spirits

Back to the introduction

 

Disponible aussi en Français

 

Other messages

 

Nous ne devons pas lutter contre la chair mais contre les esprits mauvais

Les rapports sur l’évolution de la situation dans le pays sont terrifiants. Parfois, nous nous demandons si la vie humaine a perdu son sens aux yeux de l’humanité. Et cela est valable pour toutes les atrocités commises dans le monde entier. Nos vies sont si précieuses aux yeux de DIEU que nous devrions protéger la vie de nos voisins au lieu de nous rendre responsables de leur mort. La vie humaine est si précieuse aux yeux de DIEU qu’IL a donné Jésus-Christ, Son Fils unique bien-aimé, pour que nous puissions recevoir le pardon de nos péchés ainsi que la vie éternelle.

Le Pasteur Léonard Gonitoua, qui se trouve au Monastère de Boy-Rabe depuis le 5 décembre avec sa familles et des milliers d’autres personnes pour des raisons de sécurité, partage ici ses pensées sur la situation et nous donne son avis spirituel:

“Nous sommes à la fin des temps. C’est l’ennemi, Satan, qui se lève pour susciter des guerres et des violences, comme indiqué dans le Livre de Matthieu 24. Jésus nous a dit dans Matthieu 10:34 qu’IL n’est pas venu pour apporter la paix sur la terre mais l’épée. Oui, Jésus est le Prince de Paix et apporte la Paix dont nous avons besoin dans nos coeurs afin que nous puissions traverser toutes sortes d’épreuves et conserver une paix intérieur. Mais en même temps, parce que Satan est l’ennemi de Jésus, la Parole de DIEU, c’est-à-dire l’Epée de Jésus, est en train de séparer ceux qui ont reçu Jésus comme leur Seigneur et Sauveur de Satan et de ses esprits mauvais.

Ce que nous devons faire maintenant, c’est de nous rapprocher de Jésus et de ne pas nous laisser emporter par ces esprits de violence. Comme le Seigneur l’a dit dans Luc 17:1, “il est impossible qu’il n’arrive pas des scandales; mais malheur à celui par qui ils arrivent!” Ces conflits doivent arriver parce que le Seigneur nous a déjà prévenus qu’ils allaient arriver. Mais malheur à ceux qui sont à l’origine de ces conflits, parce qu’en agissant ainsi, ils font la volonté du diable et non celle de DIEU. Par conséquent, ne faisons pas le jeu du diable. Ne nous laissons pas manipuler par le diable en suscitant la violence ou en étant violents. Faisons plutôt l’oeuvre de DIEU en suscitant la Paix de Jésus et en étant de véritables Pacificateurs.”

Shalom

 

Le groupe Anti-balaka n’est pas une milice chrétienne

Graves violations des droits humains contre la population

Assistance internationale

Nous ne devons pas lutter contre la chair mais contre les esprits mauvais

Retour à la page d’introduction

 

Also available in English

 

Assistance internationale

Aujourd’hui, beaucoup d’efforts sont déployés aux niveaux national, régional et international, pour résoudre les crises politique, sécuritaire, humanitaire et sociale dans le pays. Nous voulons que ces efforts amènent une paix et une stabilité durables en RCA, avec l’Amour de DIEU comme la principale fondation.

Le 5 décembre, le Conseil de sécurité des Nations Unies a unanimement adopté la résolution 2127 (2013), sous le Chapitre VII de la Chartre des Nations Unies, autorisant le déploiement de la Mission Internationale de Soutien à la Centrafrique sous conduite Africaine (MISCA) pour contribuer à : (i) protéger les civils et rétablir la stabilité et l’ordre public; (ii) stabiliser le pays et restaurer l’autorité de l’Etat sur l’ensemble du territoire; (iii) créer les conditions propices à la fourniture d’une aide humanitaire aux populations qui ont en besoin; (iv) soutenir les initiatives de désarmement, démobilisation et réintégration; ou désarmement, démobilisation, réintégration et réinstallation ou rapatriement; et (v) accompagner les efforts nationaux et internationaux visant à réformer et restaurer les secteurs de la defense et de la sécurité. Le Conseil de sécurité a également autorisé les troupes françaises déjà présentes dans le pays à prendre toute mesures nécessaires pour appuyer la MISCA dans l’exécution de son mandat. C’est dans ce contexte que la France a lancé l’opération Sangaris le même jour afin, entre autres, de désarmer les combattants de la Seleka.

 

Le groupe Anti-balaka n’est pas une milice chrétienne

Graves violations des droits humains contre la population

Assistance internationale

Nous ne devons pas lutter contre la chair mais contre les esprits mauvais

Retour à la page d’introduction

 

Also available in English

 

Graves violations des droits humains contre la population

Nous avons déjà publié plusieurs articles sur ce site au sujet des conséquences des attaques armées de la coalition rebelle Seleka en RCA, qui avait démarré en décembre 2012, et du coup d’état de mars 2013. Ces attaques et le coup d’état ont provoqué de graves violations des droits humains commis par des éléments de la Seleka, tels que des pillages systématiques de maison en maison, des cas de torture, enlèvements, viols et assassinats. Ces éléments ont aussi détruit plusieurs propriétés chrétiennes, dont des églises et radios chrétiennes, et des édifices de l’Etat, comme les mairies, hôpitaux et centres de santé, ainsi que des écoles, pour ne citer que ceux-là. Ils ont également brûlé plusieurs villages et, à plusieurs reprises, ont ciblé des Chrétiens au cours de leurs attaques contre la population. Toute la population de RCA, y compris de nouveaux orphelins, a désespérément besoin d’aide humanitaire, sociale et économique.

Le Président de P.A.S. MPTN, le Pasteur Léonard Gonitoua, et sa famille ainsi que beaucoup d’autre frères et soeurs font partie des victimes de Seleka dans le quartier de Boy-Rabe, où des éléments de la Seleka ont continué à tuer, torturer et enlever beaucoup de résidents et à piller de nombreuses maisons. En avril 2013, par exemple, une soit-disant opération de désarmement menée par la Seleka s’est avérée être une autre occasion pour des éléments de la Seleka de commettre de nouvelles violations des droits de l’homme contre la population. Nous vous invitons à visiter notre chaîne sur YouTube (PASHOPFANTV) pour voir et écouter quelques victimes de Boy-Rabe en avril et août 2013.

En réponse à ces attaques dans le pays, quelques citoyens centrafricains se sont organisés et ont formé des groupes d’auto-défense, appelés “Anti-balaka”, pour combattre les membres de la Seleka. Force est de constater qu’à la fois les combattants Seleka et les combattants Anti-balaka ont commis des exactions contre la population, avec dans plusieurs cas les Seleka ciblant les Chrétiens et les Anti-balaka ciblant les Musulmans.

 

Le groupe Anti-balaka n’est pas une milice chrétienne

Graves violations des droits humains contre la population

Assistance internationale

Nous ne devons pas lutter contre la chair mais contre les esprits mauvais

Retour à la page d’introduction

 

Also available in English

 

Le groupe Anti-balaka n’est pas une milice chrétienne

Le 5 décembre, les combattants Anti-balaka (“Anti balle Aka” — “Aka” pour  “AK-47″ ou  “Kalashnikov”), milice d’auto-défense, ont lancé une attaque sur la capitale Bangui, dans une tentative visant à se débarrasser des membres de la coalition rebelle Seleka, qui a pris le pouvoir en mars 2013. Depuis leur attaque, les Anti-balaka ont été qualifiés de “milices chrétiennes”. Nous avons aussi entendu parler de “quartiers chrétiens” dans la capitale. A notre connaissance, il n’y a pas de milices chrétiennes ni de quartiers chrétiens à Bangui. Cela est clair pour nous, comme de l’eau de roche, surtout pour notre équipe en RCA qui traverse cette crise depuis le début des attaques en décembre 2012. Et avant ces attaques, la situation politique et sécuritaire dans le pays était continuellement marquée par des rébellions, coups d’état ou coups d’état manqués, et troubles civils. A aucun moment de l’histoire de ce pays, avons-nous vu des rapports faisant état de milices chrétiennes combattant des milices musulmanes.

Nous estimons donc qu’il est de notre devoir de tirer la sonnette d’alarme pour dire: “STOP”. La crise actuelle en RCA n’est pas une crise avec des Musulmans qui combattent des Chrétiens ou vice-versa. C’est plutôt la conséquence de l’action lancée par la coalition rebelle Seleka qui a fait un coup d’état contre le Président de la République, François Bozizé, en mars 2013. Les membres de la coalition Seleka ont été et continuent d’être responsables de traitements atroces contre la population, et particulièrement contre les non-Musulmans. Oui, la plupart des combattants Seleka, qui comprennent beaucoup de ressortissants du Tchad et du Soudan, s’avèrent être des Musulmans et la plupart de leurs victimes des Chrétiens. Mais nous ne devrions pas simplifier la situation en disant que la crise actuelle est une affaire de Chrétiens s’opposant aux Musulmans ou vice-versa. Cela est FAUX.

Pour rappel, le recensement général de la population centrafricaine de 2003 avait révélé que dans ce pays de 622.984 km2, sur une population de 3.9 millions d’habitants, 51,4% étaient des Protestants, 28,9% des Catholiques, 10,1% des Musulmans et 4,5% appartenaient à d’autres religions. Dans plusieurs familles en RCA, vous trouverez quelques membres qui sont de l’une de ces religions ou animistes, voire athées.

Le fait que les Anti-balaka diffusent des messages anti-musulmans ne signifie pas qu’ils sont des Chrétiens. En effet, Christ ne les a pas mandatés pour combattre les Musulmans ou quiconque d’autre. Ces Anti-balaka utilisent des fétiches pour se protéger et combattent contre la chair, ce qui est contraire à ce que Christ nous a enseignés de faire dans Ephésiens 6:12. Les vrais Chrétiens ne combattent pas physiquement, mais dans le monde spirituel à travers leurs prières.

 

Le groupe Anti-balaka n’est pas une milice chrétienne

Graves violations des droits humains contre la population

Assistance internationale

Nous ne devons pas lutter contre la chair mais contre les esprits mauvais

Retour à la page d’introduction

 

Also available in English

 

République Centrafricaine: Soyons de véritables Pacificateurs

Mardi, 24 décembre 2013

La crise en République Centrafricaine (RCA) continue de faire couler beaucoup d’encre. Notre prière est que les histoires macabres et insoutenables qui nous parviennent régulièrement du pays cèdent très vite la place à des histoires de paix, d’amour et de construction pour la refondation d’un Etat et d’une société centrafricaines où la paix, la sécurité, la stabilité et la prospérité se conjuguent au présent.

En attendant, nous vous livrons ici une mise à jour sur la situation en RCA avec une réflexion sur l’amalgame fait par certains au sujet des religions chrétienne et musulmane. Le Pasteur Léonard Gonitoua, Président de P.A.S. MPTN partage également avec nous ses pensées sur la situation et nous donne son avis spirituel.

 

Le groupe Anti-balaka n’est pas une milice chrétienne

Graves violations des droits humains contre la population

Assistance internationale

Nous ne devons pas lutter contre la chair mais contre les esprits mauvais

Retour à la page d’introduction

 

Also available in English